Ik vroeg mij al af

Ik vroeg mij al af waarom we zo weinig verteld kregen over de telefoon: briefje van mijn moeder gekregen vanmorgen.

Le voyage donc. Comme papa avait eu tout le temps à la maison de gentiment bavarder et de boire sa bière au lieu de se préparer et de faire sa valise, nous sommes arrivés en ahanant en traînant sur le quai les valises qui pesaient chacune plus de quarante-cinq kilos, on a juste eu le temps de demander si on pouvait prendre le billet sur le train, papa les a lancées comme un lanceur de poids en pleine forme d?abord contre ma cheville et ensuite à destination. J?ai pas hurlé, même si je tournais de l??il, parce que le chef de gare attendait de faire partir la machine et nous regardait sévèrement.

Zaventem: allez hop on part pour Vienne: c?est pas long, donc pas de panique. Vienne: l?avion a du retard et le bagage à main de papa pèse trop lourd, donc remballé pour être mis dans les soutes. De plus, il a dû vider sa mallette:son machin pour sa gorge ressemblant à un couteau à lame fine (il a élégamment dénudé sa gorge et c?était ok tout de suite. 🙂 Vienne- Bangkok: retard de l?avion resté coincé à Paris. Peter (assistant de papa) nous rejoint. Encore de l?eau minérale et de la bière.

Je ne vous dis pas dans quel état de liquéfaction que j?étais: non seulement j?avais hâte d?être quitte de ce long trajet, mais en plus, comme je comptais prendre ce que Michel Boes m?avait prescrit, je n?ai même pas bu un simple verre de bière pour me déstresser, vu qu?il y aurait pu avoir des « interférences »avec calmant et somnifère.

Ca a eu du bon. Je me suis dit qu?on ne meurt qu?une fois, et je n?ai rien pris. Ai donc pu pleinement profiter du trajet et je vous jure que c?est long! Nourriture: allez bof.

Bangkok-Penang: encore du retard, que le pilote a rattrapé en majeure partie. Là, on volait avec une compagnie Thaï: si vous croyez que le curry de Philippe est hot, je vous conseille le poisson curry que j?y ai mangé j?en avais les larmes aux yeux!

Bref, on est arrivés à Penang à minuit moins vingt, le doyen Brahim quelque chose et John Lim (le prof) nous attendaient avec camionnette de l?univ. Ils ont manqué se casser le dos avec nos bagages. Embouteillage pour sortir du parking de l?aéroport, et comme tous les moteurs tournaient, un smog irrespirable sous une température tropicale (normal, on est presque à l?équateur).

On est logés dans les anciennes résidences des officiers britanniques. Nous avons une très grande et deux » petites » chambres à coucher avec salon dans la grande, une cuisine,une salle de bains et un salon séparé et quatre ventilateurs qui permettent d?avoir un température confortable de quarante-cinq degrés.

Bonne nouvelle: on n?a pas vu de cancrelats. Moins bonne nouvelle: il y a plein de fourmis pharaon assorties de fourmis un peu plus grandes qui sont plus rapides tant dans la cuisine que dans la salle de bains. Excellente nouvelle: les grandes ne parviennent pas jusqu?au frigo et les pharaons s?y engourdissent because trop froid.

Un hic: pas de boissons ? l?eau du robinet n?est pas potable ? si ce n?est du café, maar allez, ge hoort mij niet klagen.

Il y a ici un mix incroyable de Chinois, d?Hindous, de Pakistanais-ils viennent de découvrir qu?on peut tenir un magasin ailleurs que chez nous et de Malais (musulmans, donc filles voilées et couvertes des pieds à la tête, faut souffrir pour Allah).

Après le voyage pour arriver ici, on a fait une « promenade » de x km aujourd?hui à la suite de l?infatigable John, qui a une bonne tête de moins que moi et ne dépasse pas les trente-cinq kilos tout habillé, Mais il marche comme les armées de Caesar au pas forcé. On est liquidés, et nous allons prendre une douche froide pour ne plus être rouges comme des pivoines.

John parle en effet l?anglais comme on voit les chinois le parler dans les films américains avec intonations et inflexions et tout et tout, bref, c?est pas une mince affaire que de le comprendre pour moi! Ibrahim est Indien-bien de sa personne d?ailleurs ? et m?assure pourtant que je parle mieux que John. Galanterie sans doute, mais moi il me comprend sans problème!

Les gens sont gentils mais j?ai de terribles complexes: les filles, je les dépasse d?une bonne tête et elles pèsent le quart de mon poids! Inutile de raser les murs, parce qu?alors ça se remarque encore plus. 🙂 Heureusement on a été manger ce soir dans un restaurant indien, et quelques matrones bien enveloppées m?ont permis de manger à l?aise.

Demain, visite de la ville ancienne en voiture climatisée- merci, mon dieu- déjeuner avec l?ambassadeur et tutti quanti et puis sais pas, on verra. Lundi je vais faire des excursions dans les environs avec un chauffeur de taxi parce que papa et ces messieurs doivent travailler. Je m?exercerai à parler avec les mains, parce que le monsieur en question ne parle pas l?anglais.

A partir de jeudi on est libres, donc on va essayer de faire du shopping, mais dans un aussi grande île ce n?est pas évident! Sans doute que j?attendrai d?être à Bangkok chez Myriam. A moins que tu veuilles des chemises du genre batik, Michel, dans de beaux tons de rouge, d?orange, de jaune, de bleu et de violet mélangés!

J?espère que chez vous tout va bien. Ne vous plaignez surtout pas de la température ou je vous paie le voyage jusqu?ici pour vous remettre la tête à l?endroit!

Laat een reactie achter

Zeg uw gedacht

Deze website gebruikt Akismet om spam te verminderen. Bekijk hoe je reactie-gegevens worden verwerkt.